12/01/2010

"La mort dans l'âme"

chute

Ne craignez pas de vieillir, de mourir: le corps, comme la fleur, la feuille et l'arbre, passe par des étapes nécessaires qui sont aussi évolution de l'âme. Se détacher lentement de la forme, admettre qu'elle a une fin c'est vivre le présent intensément.

Ne craignez pas, quand l'heure sera venue, de quitter cet habit d'un temps pour d'aures aventures, mais soyez vigilants à ne jamais laisser mourir votre âme par un manque d'amour pour vous-même, une inattention à vos rêves, à qui vous êtes vraiment, à vos aspirations profondes.

Cette mort-là est plus douloureuse, plus absolue, et voit ses effets se poursuivre au-delà de la fin de votre écorce. Bien au-delà de sa fin.

Rien que l'éveil immédiat, la conscience pleine peuvent vous en prémunir...

09:03 Écrit par Isabelle Dys | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.